Connectez-vous S'inscrire
Kpten - Formation continue en Kinésithérapie - Thérapie Manuelle Orthopédique - Evidence-Based
kpten
Kpten
Facebook
Twitter
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Thérapie Manuelle selon le Concept OMT Kaltenborn-Evjenth



Thérapie Manuelle selon le Concept OMT Kaltenborn-Evjenth
Le concept OMT Kaltenborn-Evjenth a été fondé par Freddy M. Kaltenborn (physiothérapeute, né le 04.04.1923 à Oslo, Norvège) et Olaf Evjenth (physiothérapeute, né le 01.05.1926 in Fauske, Norvège)

Au départ, le concept a été appelé concept nordique reconnu sous le nom de concept Kaltenborn dans les années 1950 en Norvège (début et noyau du Concept OMT Kaltenborn-Evjenth)
Le concept OMT Kaltenborn-Evjenth a été fondé en 1973 à Gran Canaria, Espagne

Description succincte du concept

Description succincte du concept :

La thérapie manuelle selon le concept OMT Kaltenborn-Evjenth est basée sur le modèle biopsychosociale et cherche à s’insérer dans la médecine académique en cherchant la collaboration avec les médecins.

Les aspects du modèle bio-psycho-sociale comprennent :

Thérapie Manuelle selon le Concept OMT Kaltenborn-Evjenth

En ce qui concerne le traitement de la douleur il faut différencier entre l’influence sur le système antalgique (« pain modulating system ») et l’influence sur les aspects mécaniques du système locomoteur, c’est-à-dire sur la nociception périphérique dans le système locomoteur.

Le traitement du système antalgique est basé sur la physiologie de la douleur qui est la même pour tous les kinésithérapeutes. C’est seulement dans les aspect mécaniques que les différentes concepts kinésithérapiques se différencient.

La base du raisonnement clinique du concept OMT Kaltenborn-Evjenth dans ces aspect mécaniques est la corrélation entre les symptômes et une altération de la mobilité et des tissus (Kaltenborn 2002: 57). C'est-à-dire que le patient a par exemple une hypomobilité de l’articulation tibiotarsienne en dorsiflexion et chaque fois qu’il bouge en dorsiflexion il sent sa douleur.

Du point de vue biomédical et mécanique c’est une tension (élevé) des tissues que provoque des afférences (input) que peuvent altérer les symptômes soit pour les aspects mécaniques que pour les aspects du système neurovégétatif. L’examen cherche – d’un point de vue mécanique – cette tension qu’est élevé par rapport à la résistance/sensibilité des tissues. Le traitement ensuite cherche de diminuer cette tension !


Les deux majeures particularités du concept sont 1) le procédé systématique dans l’examen et 2) le traitement et le respect de la mécanique (articulaire) :

1) Le procédé dans l’examen est moins basé sur l’approche hypothétique-déductive ou la reconnaissance des schémas, mais plutôt sur un approche systématique. Des questions-guide/directrices avec 6 classifications et la localisation des symptômes conduisent le physiothérapeute dans l’examen :

Faut-il et peut on bouger ?
− Faut-il être prudent ?
faut-il traiter ?
Comment faut-il traiter ?
Que faut-il traiter ?
Quoi d’autre faut-il traiter en plus?
− Quelles sont les conséquences du problème pour la vie du patient? (ICF)

Il en résulte un diagnostic kinésithérapique. De ceci on peut déduire le projet de traitement. Ceci couvre le 6 catégories suivantes :

− Symptômes (comme la douleur)
− Raideur
− Maintenir la mobilité
− Hypermobilité
− Altération tissulaire
− Information et instruction

2) La vision de la mécanique est basée sur l’hypothèse de Kaltenborn, que les dysfonctionnements articulaires sont dus à une limitation du glissement des surfaces articulaires, soit dans l’hypomobilité que dans l’hypermobilité (Kaltenborn 2005: 37). Une limitation de la flexion dorsale de l’articulation tibiotarsienne, par exemple, est due selon cette hypothèse à une limitation du glissement postérieur de la surface convexe du talus sous la surface concave du tibia. Pour évaluer et traiter ce glissement Kaltenborn a développé ultérieurement les mouvements de traction et glissement existant déjà avant les années 1950. Il les a fait en façon rectiligne et translatoire (donc sur une ligne droite). Pour les orienter mieux, il a « inventé » en 1954 le plan de traitement, un plan imaginaire posé sur la concavité de la surface articulaire. Ces mouvements rectilignes translatoires sont ou perpendiculaires à ce plan de traitement (traction et compression) ou parallèles (glissement).

Quelques dates marquantes dans l’histoire du concept

1955 Kaltenborn est nommé enseignant de Médecine Orthopédique du Dr. James Cyriax
1962 Kaltenborn est nommé enseignant de chirothérapie de la société de recherche pour l’arthrologie et chirothérapie à Hamm, Allemagne (DGMM)
1967 Kaltenborn commence son étroite collaboration avec Olaf Evjenth
1971 Kaltenborn est nommé enseignant d’ostéopathie par Dr. Alan Stoddard, Londres
1973 − premier examen en OMT à Gran Canaria, Espagne
− presentation du Concept OMT Kaltenborn-Evjenth à Gran Canaria, Espagne
1974 Kaltenborn est un des principaux fondateurs de l’IFOMT
1977 Kaltenborn est nommé Professeur de biomécanique dans la Michigan State University, USA
1984 Kaltenborn est nommé Professeur de physiothérapie dans la Oakland University, MI/USA
1993 Evjenth est nommé Professeur de thérapie manuelle dans la Oakland University, MI/USA
2002 Kaltenborn reçoit le
− Doctor of Humane Letters h. c. de la University of San Augustine, Florida
− Doctor of Laws h. c. du Ola Grimsby Institute à San Diego en cooperation avec l’état de Utah
2008 F. Kaltenborn est nommé membre d’honneur pour toute la vie de l’IFOMT sur le congrès de l’IFOMT le 10.06.2008 à Rotterdam
Il publie son livre sur la manipulation.
2011 Kaltenborn publie la dernière édition de son livre sur les articulations périphériques
2012 Est prévue la dernière édition de son livre sur la rachis.

Particularités et points forts du concept, techniques-clés

Les particularités sont le procédé systématique dans l’examen et le traitement et le respect de la mécanique (articulaire). Ils ont été décrits ci-dessus.

Points forts :
Le concept
− est basé sur les sciences fondamentales de la médecine comme l’anatomie fonctionnelle, la biomécanique, la physiologie de la douleur, la neurophysiologie ...,
− suit une méthodologie systématique que se prête à la validation scientifique,
− est diffusé et accepté dans le monde kinésithérapique international.

Points faibles :
Le concept
− a malheureusement produit peu de publications et
− ne possède pas beaucoup de représentants travaillant dans la recherche scientifique. Par conséquent, il y a peu de validation scientifique – comme pour une grande partie de la physiothérapie (et de la médecine) ! Est-ce qu’il se passe dans les articulations ce qu’on en pense? La réponse surprenante à cette question est illustrée sur le rachis cervicale dans la publication suivante :
Schomacher J, Learman K. Symptom Localization Tests in the Cervical Spine: A Descriptive Study using Imaging Verification. Journal of Manual & Manipulative Therapy, 18 (2), 2010: 97 - 101

Pour savoir quel est le facteur essentiel du traitement kinésithérapique, il faudrait répondre a 4 questions:
− l’indication ?
− le choix de la technique ?
− son dosage?
− le lieu d’application?
Ici beaucoup de recherche reste à faire.

Références bibliographiques directement liées au concept

Livres des fondateurs du concept en langue anglaise :
− Evjenth, O., Hamberg, J.: Muscle Stretching in Manual Therapy, a clinical manual, Volume I: The Extremities, Alfta Rehab Förlag, Alfta, Sweden, 1984
− Evjenth, O., Hamberg, J.: Muscle Stretching in Manual Therapy, a clinical manual, Volume II: The Spinal column and the TM-Joint, Alfta Rehab Förlag, Alfta, Sweden, 1984
− Evjenth, O., Hamberg, J.: Autostretching. Alfta Rehab Förlag, Alfta, Schweden, 1989
− Kaltenborn F M. Manual Mobilization of the Joints, Volume I, The Extremities. Oslo (Norway): Norlis, 2002
− Kaltenborn F M. Manual Mobilization of the Joints, Volume II, The Spine. Oslo (Norway): Norli, 2011
− Kaltenborn F M. Traction manipulation of the extremities and spine. Oslo: Norli, 2008


Articles sur l’histoire de la thérapie manuelle écrit par Kaltenborn :

− Kaltenborn F. Early History of Physiotherapy in Sweden and Norway: Implications for Professional Autonomy and Direct Access Clinical Practice. Tijdschrift Manuele Therapie, 5 (2), 2008: 6 – 9 (en langue anglaise)
− Kaltenborn F M. Wissenschaftlicher Männerberuf mit Primärkontakt, Physiotherapie im 19. Jahrhundert. Zeitschrift für Physiotherapeuten, 59 (10), 2007: 1025 – 1030
− Lamb D W, Kaltenborn F M, Paris S V. History of IFOMT. The Journal of Manual & Manipulative Therapy, 11 (2), 2003: 73 – 76
| Lu 7128 fois |